Music

All texts and poems, critics, chronics and links, about music, and the scenes / in all languages.

  1. auddie dit :

    Hommage ce soir à Boris Domalain, aka Gorki Plubakter, aka Cavage records. Vieil ami, vieil ennemi. Comme un peu pour tout le monde; en tout cas un type comme on en fait plus. Peut-être un des types de la scène no-tek parisienne le plus radical que j’ai pu rencontrer. Humainement cinglant, avec toujours sa part de vérité, sa part de terreur, sa part de poésie. Un compositeur hors pair que peu de gens ont su apprécier. Il ne laissait pas beaucoup de marge, ni beaucoup d’espace pour respirer. Un amoureux de l’analogique, du hip hop, du rn’b déviant, du hardcore dans toute son étendue. Un cataphile de génie. Une terreur mondaine. Un enfant roi, seul, et entouré d’estime. Quelqu’un de craint et d’admiré en même temps. Un dictateur, un anarchiste. Un créateur. Un destructeur. Radical humainement, …et si maladroit, et si emporté, et… si fragile, et si sensible, et cynique, comme on en fait plus. Figure d’une époque révolue, de bruits de couloirs, de bruits de fêtes, producteurs de lives sur K7 géniaux, une avant garde tech-step, wave-core, en avance sur son temps, en avance sur des supports futiles, sur des choses futiles, et toujours dans la critique grasse et fine, et physique, et spirituelle,… auto-destructrice, contre des choses qui le sont encore plus… futiles. Faux liver ironique sur PC portable, selecta de l’extrème funk, mauvais esprit et référence, référence du bon esprit, observateur insatiable de la moutonnerie des scènes, des gens, des artistes de pacotille. Doux, violent. Violent et doux. Il laisse un fils, des disques sur son label, cavage, et ailleurs. Une réputation, une énergie, une humilité. Sa gouaille de parisien et sa voix nette, grave. Sa cicatrice intérieure. Qu’il laisse grande ouverte. Chez tous ceux qui l’ont connu, et qui se voyaient, pour le meilleur et pour le pire, renvoyés à leur image, laissés à leurs chemins, au hasard, à leurs doutes. Sa disparition fige une scène, une époque, pas si lointaine, toujours active, et qu’elle le reste, anti-commerciale, anti-promo, anti suce boules, lèche culs, vendus, contre les “en demi teinte”, en demi engagement, en demi dentelle, et sous la dentelle: les postures, et les suivismes, et nos mines pantelantes à penser que nous n’étions pas tendus sur ce fil, sur son fil, pas tendus comme les couloirs des catacombes, et que nous, alors, on questionnait nos compromis, on se demandait ce qu’il voulait dire, et parfois on comprenait, et parfois même, par mimétisme, on renvoyait cette radicalité, ce message, cette intégrité qu’on continuera de mal interpréter. Mystère éternel de celui qui s’oppose à tous dans un monde de l’art anti-démocratique, et c’était peut-être ça sa voie, sa liberté, sa recherche esthétique constante, désinvolte, que même le mot punk serait une pauvre insulte, une lâcheté, provoquant un rire narquois. Des souvenirs, j’en ai. Je les tairai. Je les écrirai sûrement plus tard, raconterai plus avant ce que les années 90 voulaient dire, et le mot rave, et ce vivier, et ces sons-là, et cette scène-là. Adepte du contraire de la communication, Boris aurait ri de ce billet. Mais là, comment faire autrement? au moins, que les choses soient à leur place, comme elles l’auraient été. Je lui rend hommage, à lui, ce grain de sable, dur, très dur, dans la machine molle.

    Stalker / Brieuc

    (ps: je posterai plus avant les morceaux qu’il faut écouter, découvrir, re-découvrir)

    quelques liens :

    http://soundcloud.com/gorkiplubakter

    http://soundcloud.com/saoulaterre

  2. auddie dit :

    remove your rythms, and you’re naked
    remove your clothes, and you’re naked
    remove your mother tongue, and you’re naked
    remove your age, and you’re naked

    feel the harmony, without steps, hides, words and times.

  3. auddie - live review dit :

    Live : Vladislav Delay. Berlin Atonal Festival. Vendredi 26 juillet 2013.

    .
    .

    Impression et métaphores écrites sur le vif, carnet à la main, bousculé, et bousculant! (la critique musicale) le Vendredi 26 juillet 2013. Texte recopié en regardant “la maman et la putain” de Jean Eustache. Mais je n’ai pas de culture. J’écris c’est tout. Je vais à des concerts. Je fais de la musique. Et j’aime reconnaître dans ce film en noir et blanc des visages contemporains (alors qu’il est tourné après guerre, ce qui ne veut rien dire, mais quand-même).

    (comme si les visages avaient changés …)
    . . . . .

    ” Ça commence en ternaire haché en intro. Que je situe bien l’action. Il est seul sur scène derrière un praticable, et il joue avec un ordinateur personnel. C’est ça, c’est personnel. Moi, je sais ce qu’il y a dedans, et je sais comment il empile ses sons les uns sur les autres, chez lui dans son studio, et comment il rempli le spectre, et danse, sûrement avec un autre marcel. Là, il est vert (son marcel). Il le remplit tellement, que parfois, il doit se dire: il faut que j’en enlève… Bon, je continue. C’est donc une attaque sèche de rythmes aux sons médiums, donnant une impression de vitesse. Même les synthés, impersonnels, sont découpés, s’excusant presque. Le second morceau donne aussi dans le ternaire bien dérapé, avec une montée de deep qui ne reste pas, remplacée par des couches de lead au vocabulaire criard, faisant monter une distorsion staccato jusqu’à ce que la basse profonde s’élance dans un mur du son, déjà ! magnifiant l’espace d’un enthousiasme adolescent, mais toujours avec ces notes de tristesse, ces accords profonds, adultes, ignobles classicismes triturés, montrant bien la vague de punk -cyber- et la liberté de penser plus vite et plus fort. Quand le gimmick ternaire a une retombées, la synthèse surchargé de réverbération disparait, et l’on aborde une ouverture, clin d’oeil dans la serrure, sur le hardcore techno, mais, c’est volé, subreptice, car la porte s’ouvre et ce n’était pas ce qu’on attendait. C’est une nouvelle pièce, déconstruite, cinglée, traversée d’insaisissable pulsions sur des monoblocs violoneux. Le broken beat, très cher lecteur, le broken beat! le rythme cassé, la batterie de cuisine, le PC qui plante, la profondeur criblée de balles… ! Et après le peloton d’exécution de la musique nulle de tous les clubs, de toutes les soirées, laminée, réduite, …. il reste la fumée, l’écho des jouets d’enfants pompant les derniers neutrons de ses piles alcaline, rugueux câlin après la bataille, piétinés, agonisant à mort par excès d’electronica.

    La main sur une piste de distorsion, les caisses claires et les beats suivent une logique: l’exact contraire de la droiteur et de la régularité? J’aime bien faire ça aussi: ça remplit tous ces petits blancs du séquenceur, ces temps de la dance musique laissés à l’abandon.

    Des oies sauvages dans la tempête.
    On se pose ou on se pose pas?
    Il y a des lacs gelés en dessous, et des forêts,
    et cette grêle qui tape sans discontinuer.

    Le milieu du set atteint un pallier insolent
    à 170 battements par minutes. Scandale!
    Hochement de tête et dissensions.
    Menus déroulant: Kick et claps sur cloches concassés.
    Vagues pleines en multicouches mouvantes.

    L’esthétique rythmique bouillonne, sillonne, abreuve, qu’un sang impur – c’est très moqueur; ça piaille là-haut, ça joue aux dés avec les détails, ça remue du sac de clous. Quelques kicks apparaissent, hyper profonds et synthétiques, très seuls aussi, une fois, deux fois, pas plus, tandis que la matière gronde derrière, c’est chargé, plein de tension, et il lui suffit de lâcher les cymbales et de concentrer l’éboulement des rochers sur la gravière, là où auparavant le glacier…. et ses craquements arctiques fossiles… Il y a même des patins gabba. Cet énervement sent le speed, le kérosène, et l’ironie, et la fusion des tempos dans une même trame.

    Plan d’une cartographie mentale :
    chemins escarpés,
    bitume frais encore fumant,
    plein de sable collé.

    Ou alors, on tape sur les tuyaux de la vielle usine électrique, et la radio ne marche pas.
    Ça capte des résidus d’interview, puis une chanson reggae.
    Tout est brouillé par des milliers d’années de friture et de bouillonnement.

    Jolie indéfinition du beat.

    Et on va voir quel son va finir en premier,
    à la corde, à la clarté, à la joie!
    Les autres, vaincus, s’effacent,
    et lors d’un roulement de percussions grave,
    recouvrant le sample de ragga presque inaudible,
    se détache alors une ligne plus droite, presque anonyme,
    puis un snare qui renforce encore l’impression de vitesse
    et de découpage, et ce slice, ce trémolo hypno qui a liquéfié
    toute trace d’architecture morale – et tonale.
    La pop est morte.

    . . . .

    (40 minutes d’hystérie aux variations pourtant pas si rapides. La grammaire et le vocabulaire restent techno. Les détails et les rythmes sont déstructurés, mais la météo des patterns est cohérente, pas comme en Bretagne ou en Irlande). Le mec est finlandais.

    .
    .
    .

    Brieuc Le Meur / auddie

  4. auddie dit :

    L’idée de cette chronique en prose, et de substituer une impression subjective (la prose), à une autre : celle que donne la musique.

    Au sortir d’un concert, les images mentales sont floues, et les mots difficiles à formuler. C’est d’autant plus difficile avec l’évolution de la musique savante, qui dépasse aujourd’hui, et de loin, la technicité et l’intensité de la musique classique, et découvre une géographie mentale nouvelle et phénoménale.

    Impossible de saisir en une fois tous les sons et variations, puisqu’aucune mélodie identifiée ne permet de s’y accrocher. Pas de gimmick qui trotte dans la tête – tel qu’aurait pu le décrire Proust par exemple, avec la sonate de Vinteuil, ou Beaudelaire lorsqu’il parle de Wagner, ou qu’il songe “Sous un plafond de brume ou dans un vaste éther” – .

    Seules les variations de rythme, d’intensité, de textures, de fréquence, et les référents à d’autres pièces électroniques, permettent de décomposer une grammaire, et surtout, des sentiments.

    La musique électronique, seul vrai art contemporain populaire qui transcende les langues et la modernité, en ce qu’il est un mouvement non intellectuel (la techno), se doit alors d’être décrit et expliqué avec un médium annexe: la poésie.

  5. coco argento dit :

    I don’t think enough young music bloggers give enough constructive criticism. I feel like a lot of them are just regurgitating the hype that the labels started. It’s almost like they want to be on good terms with the artists by writing a good review; which may have not been as well deserved as one would think. I think that real artists appreciate constructive criticism as that’s all a part of the process. Reviewers/ bloggers shouldn’t be afraid to say this band is good but… If you like an artist enough, you’ll want them to evolve into something better, and if the artists can’t handle it, then perhaps they need to find another creative outlet.

  6. auddie dit :

    .
    .

    Il me suffit de fermer les yeux pour rappeler à moi la danse animale,
    violences et répétitions
    fractes en paroles
    débris en cohésions,
    corps en colère
    formes en tombeaux,
    renaissances sans morts,
    noir et démons
    et tons savants
    rages sourdes
    inventaires collectifs
    les enfants du nord n’avaient pas l’air serein.

    à la recherche d’une construction en soi qui fit tenir le monde dans un enclos
    séparé par des montages de feuilles,
    l’automne c’est toute l’année

    flétris de bruits de couloir
    gène – amplitude des savants qui n’ont
    rien à voir
    revêches, de n’avoir
    rien fait
    de n’avoir
    rien dit
    de n’être que la tête prisonnière au ciel,
    et les pieds,

    dans une dalle en acier.
    .
    .

    Ce qu’il nous reste?

    L’illusion d’époque

    d’appartenir à ceux qui y ont goutté.
    .
    .
    Optique au goût du jour
    possibilité latente, dominante, hyper activité
    endroits de glace et de feu
    habitables dans ce drapé d’ondes
    au secours d’un pôle
    pour être comme celui qui n’entend rien,
    tellement ça tape
    ça cogne
    ça tire et ça lève, de tous les côtés!

    .
    .
    .
    .

    BLM “France texte” et musique

  7. Le Crut dit :

    sinon mon piano des années 70 marchait plus mais entre temps le serpent est allé dedans et voilà : il re marche et je me disais aussi que les enfants ont conscience qu’ils jouent (pas les adultes) et les animaux qu’ils font semblant de faire la sieste

  8. f4 dit :

    nice one !

  9. Anonyme dit :

    un ami DJ m’a dit un jour:
    “mais je suis une pute, dude”.

    ça a fait trois bonnes raisons de ne plus jamais lui parler.

    1 : qu’il soit DJ
    2 : qu’il soit une pute
    3 : qu’il dise “dude”

  10. auddie dit :

    Dernièrement, j’ai compris qu’une notion fondamentale est liée à ma vie d’artiste :

    J’aime la vie; je la déteste, peu importe. Ce qui est important, c’est l’espoir; ce que d’autres appellent la foi, ou l’esperance. C’est un prolongement esthétique, un montage particulier.

    C’est une posture certes un peu négative, mais tout est lié : Le modèle de la génération précédente ne nous a pas convaincus. Nous refusons les schémas de vie servile.

    Bien-sûr, nous avons des idées, des idées novatrices, mais tout est verrouillé autour de nous. Alors, il faut prendre le pouvoir là où il n’y a personne, et souvent, c’est en nous …. (et sur des supports futiles).

    Une courte victoire totu de même, et ce quelle que soit la décénie : j’ai toujours eu la conviction de n’être pas seul dans cette résistance.

  11. auddie dit :

    D’abord, nous regardons. Ensuite, nous écoutons, transcendés par quelque substrat de vide spacial qui flotte et scintille à quelques centimètres de nos visages. Il est permis ici de visiter cet entre deux murs, cette dimension intérieure. Sportifs aux vêtement légers et sombres, nous sommes habités, vainqueurs pour quelques minutes de plus, dans une sorte de fusion sèche.

    C’est la techno. C’est un théâtre intérieur.

  12. auddie dit :

    critique extatique de technicien cariste :

    le dernier album de Sister Iodine : http://sisteriodine.bandcamp.com/

    _1 er track (blanc domaine)

    Avez vous déjà soulevé le capot d’un corbillard russe volé à Dansk, dragué sous l’arctique, à se péter le pare-choc sur des milliers de kilomètres contre des icebergs que personne ne verra jamais, ils sont dans tes pires cauchemars, ils sont noirs de boue et pleins de sable et de sang et d’ivresse calme, puis arrivé sur la côte Est des US en faisant le tour par l’Alaska, le Canada, une Amérique transie, après avoir croisé quelques câbles internet et charrié des infos poubelles, gamelles, zincs et spams hurleurs? Nan? NAN ? Eh bin la bagnole encore vivante arrive rouillée de vitamine et d’électrolyse tamponnée 100% pervertine, encre de poulpe et nucléaire propre. C’est ça la question : est-ce que vous avez déjà soulevé le capot de ce corbillard là, ou non ? ….

    Non pasque ça doit sonner comme ça, et ça doit plus vous lâcher.

    _2 eme track (druga blaze)

    la tectonique des plaques a toute sa place dans les cours de maintien

    _3 eme track : Ø

    sonic youth c’est de la merde

    _4 eme track : (cuntre)

    fond de sauce et fonte en disgrâce

    ça me fait penser que devant cette couche de carbone, la poupée parlante RESSENT la douleur

    _5 eme track (strobes)

    et elle a des copines

    .
    .
    .
    .
    .
    .
    .
    .
    .
    .

    english : some modernity in the experimental textures

  13. auddie dit :

    Boucle à boucler, une découverte. Sous les beats vulgaires d’une certaine electro d’aujourd’hui, se cachent quelques double faces à juger sur pièce, ou comment passer à l’ennemi sans quitter ses chaussures, rivetées au sol. C’est le monde qui se renverse au dessus de soi, et vient -par en haut- servir d’averse aux plafonniers trop bas pour saisir les messages des radios adolescentes. Boucle à boucler, je vous préviens, dans cette chronique se cache autant de clés que de mystères. Et dans cette faille, autant de boue que de diamants. C’est à ne plus savoir qu’en faire.

  14. Lizzy Mercier-Descloux dit :

    Paroles du titre de de Lizzy Mercier-Descloux

    Mais où sont passées les gazelles ?

    .
    .

    Et je marchais dans la rue un soir a pas feutrés
    Seule a seule je comptais mes pas pour me rassurer
    Tout en fumant dans le noir un mégot ajouré
    Les heures chassent le temps qui presse et la caravane passe
    Je pensais au sommeil pour demeurer éveillée
    Mais au carrefour soudain je les ai entr´aperçues
    Nez au vent elles déboulaient à brides abattues
    Elles tanguaient sous les phares des autos effarouchées
    Mais où sont passées les gazelles?
    Dans le brun et l´or de leur yeux tout se boulversait
    Je riais aux éclats en sanglot dans l´affolement
    La rue n´aura jamais fini de me passionner
    Des trotoirs, des tapis rouge dévalant à nos pied

    Mais où sont passées les gazelles?

    Pour l´incroyable cortège vivant tombé des nues
    Et je marchais dans la rue à pas feutrés
    seule a seule je comptais mes pas pour me rassurer
    Les heures chassent le temps qui presse et la caravane passe

    Listen to this, they say that french is the language of love
    This is, if you want to bet on the survivial of a joke

    Rien n´est guère impossible par une nuit étoilée
    La rue ne peut reprendre ce qu´elle a déja donné
    Et les bras tendus vers la foule
    Au hasard Balthazar, la lutte continue
    Garde ta langue bien pendue, et la lutte continue.

  15. auddie dit :

    http://www.youtube.com/watch?v=gfXMa55K-wM#t=147

    Rafraîchissant. Enfin un truc joyeux (et bien produit!), foutraque mais maîtrisé, qui a ces sonorités tropicales, surfrock, hawaïennes, avec des énergies inspirées d’un Brian Eno ou de Talking Heads (vieilleries qui à force de les écouter finissent pas vous donner la nausée). Idem pour une techno avant-gardiste, aux sonorités antarctiques, ambient froide et proto dub – est-ce que parfois tu rigoles?-, qui commencent à bourgeonner et faire éclore les vraies valeurs humaines sous-jacentes de ces énergies somme toute conformistes et plutôt coincées, même si c’est par là que ça se passe : est-ce que parfois tu rigoles ? (x2) . Là ce morceau pourrait tout à fait être produit avec des synthés et des banques de sons percussives africaines, mais justement, ça sonnerait tellement propre et straight que ça n’aurait aucune âme. Là, la structure a pourtant, comme beaucoup de morceaux post rock ou “excited folk” (une invention de la maison), énormément à voir avec l’electronique, dans l’arrangement je veux dire, avec ces parties monoblocs répétitives et ses transitions radicales. Le clip même reprend cette politique artistique un peu flippée, qui refoule toute prise de risque ou faute de goût en asséchant l’idée pour n’en retenir que la substance minimale, sans trop d’effet, sans trop d’engagement. Juste, juste, juste le truc, et rien d’autre. Génération paranoïaque. Génération j’ai pas beaucoup de possibilité d’exister, n’en faisons pas trop pour trop risquer. Eh oui, tout ça se cache en filigrane dans ce jouissif et explosif morceau d’aujourd’hui.

  16. auddie dit :

    Un phénomène qu’on ne peut pas laisser de côté, sinon de quoi parlons-nous?

    http://www.youtube.com/watch?v=cUhPA5qIxDQ

    Ils sont heureux;
    la musique démarre, puis s’arrête constamment,
    elle est à la fois horripilante et dégoulinante de vulgarité, et assumée,

    elle remplie de vocaux de supermarché, tout en étant ultra inventive lors des phases de reprises brutales, qui sont comme des éjaculations cosmiques à plusieurs, et je pèse mes mots, signes que le reste de l’existence dans les esprits doit bien être un renoncement tout seul, ou comment gérer l’horreur d’avoir tout à disposition tout le temps; sans pouvoir se défragmenter en 10, en 20, en 100. Les connectés du monde entier se lâchent et sont tous beaux et sont tous en bonne santé et ont tous des pectoraux et des minis jupes et sont tous super ouverts d’esprit.

    D’un côté je saisis le désir délibéré de fusionner sans aucune retenue avec ses pairs, et sans aucun sous entendu critique ou contestataire, et de l’autre je crois que je finirai par me mettre très en colère, après l’heure ou deux à m’émerveiller du phénomène hollandais depuis les grosses raves gabber et hardcore de 30 00 personne où j’allais parfois à Rotterdam et Amsterdam en 95 ou 96 ? grandiose tout de même, mais pour le moins inquiétant, déjà.

    Et c’est au cœur de l’Europe; et c’est la fête, et c’est des grooves swingués en 1/8 à la mesure, comme le hardstyle _ “eat _sleep_rave_repeat” … et pas mal des mes potes dj français de free party de l’époque, après être passé par l’electro, après la hardtek, jouent tous cette musique de pizzeria, et sûrement que Carpenter ou Lynch pourraient faire un film là-dessus sans fourvoyer un seul des arguments de ce post; hybrides; d’un truc populaire, avant-gardiste, branché, pop, débile, naif, avancé, tout en même temps, sans qu’aucune des arcanes de l’art d’aujourd’hui n’en parle, tellement ils sont les nez dans leurs peurs et leurs certitudes.

    En un sens je comprend, de l’autre; non.

  17. auddie dit :

    Un type spécial, écorché vif, dont je n’avais jamais entendu parler, clownesque et irritable, irritant. Disparu en 2011. Une sorte de didier super en beaucoup plus mélancolique et désabusé. Il faisait des trucs magnifiques aussi, comme les vrais poètes, entre une colère, une esbroufe, une diversion, et du sabotage, comme cette chanson, et ce clip, exemplaire :

    http://www.youtube.com/watch?v=JFC0b31SjZk

  18. boiler room dit :

    the end of magic

  19. boiler room dit :

    the restart of garage music of daddy fuck

  20. auddie dit :

    Les vidéos “en soirée” se multiplient. C’est que la fin est proche. L’image est partout, une image laide, une image I-phone, qui enlève toute poésie, toute portée artistique et intime à ces expériences. Ils ont l’air faussement impliqués. Tout à l’air faux. Ça me fait penser à ces jeunes gens dans Twin Peaks qui hurlent, debout dans une décapotable qui roule à toute allure sur une route de campagne. On les voit ensuite explosés après l’accident, à l’agonie. David Lynch a porté un regard sur leur bêtise, et sur l’éphémère de leurs actes. Ça n’a pas duré longtemps dans le film, ni dans la vie d’ailleurs… Des cris, des rictus jusqu’aux oreilles, toutes dents dehors, une voiture, la musique à fond. Une fin. Point barre.

    Si je dis que la fin est proche, c’est qu’il s’est passé la même chose pour d’autres scènes techno précédemment, exactement la même chose, lorsque des “reports” sur internet circulaient, des chroniques de raves, de soirées, avec des photos, parfois des vidéos. C’est le moment où la fin a commencé. Où la presse s’en est emparé. Où des curieux de plus en plus stupides ont copié les codes pour en faire des choses affreuses, et où les organisateurs ont commencé à faire les mauvais choix, en faisant tout passer pour de la gaudriole, pour un truc “marrant”. C’est trop rigolo. Ho ho ho . Mais combien ne sont plus là. Combien nous ont bien cassé les couilles avec leurs théories, leur manque de sérieux, leur vide moral, artistique, culturel… Combien ont arrêté de travailler? Presque tous.

    On en reparle à la prochaine vague.

    mais j’ai les noms de ceux qui ricanent.

  21. Faisal dit :

    Glad I’ve finally found sontihemg I agree with!

  22. lassie dit :

    Das ist immer schwer zu finden

  23. Shelley's Witch of Atlas (traduction française : Manuel Montero) dit :

    And odours in a kind of aviary
    Of ever-blooming Eden-trees she kept,

    .

    Les odeurs dans une sorte d’aviaire
    D’arbres d’ailes d’Eden la Dame daignait,

  24. Shelley's Witch of Atlas (traduction française : Manuel Montero) dit :

    Manuel Bonsoir courage les jeunes hey

    Il y a deux minutes
    Manuel enfin j’ai eu trente ans en deux mille c’est pas très très longtemps, mais j’ai eu de l’avance sur ma génération ce qui fait que je suis du temps des vingt ans de mes parents

  25. Shelley's Witch of Atlas (traduction française : Manuel Montero) dit :

    Je lis à présent toute sortographes ce que fait que moi enfin j’ai pas pra tique pement auuucune idée
    Mais je dirai autour de moi parcee qu’il n’est pas impossible que des amis veulent acheter des vyniles bref
    Réduit à l’état le plus solide et matériel, le plus concentré, j’envoie des baisers à tout le monde

  26. Manuel Montero dit :

    bel canto

    ****

    Etoiles, vous êtes si belles et si vieilles
    et vous vivrez longtemps
    moi je me sens jeune, vieux et sans charme
    ou pas de charme comme le votre
    et je ne compte vivre après vous, comme si vous étiez mes filles

    ….

    J’arrive tard à la source de la connaissance
    et je m’abreuve comme un porc
    la soif est trop physique
    et cette eau qui souvient ma gorge à la vie
    était le désir même plus que la musique

    *

  27. Manuel Montero dit :

    Les lampadaires de la ville et les écrans de la misère
    la lumière malpropre du solitaire pourrissant
    un perroquet m’a maudit
    un perroquet clairvoyant l’a fait
    et je suis aveuglé et je fuis le soleil et brûle en face du sexe
    il faut que tu le saches
    je me suis échappé de mon corps
    j’habite un golem
    un homme d’argile sans musique

  28. Manuel Montero dit :

    un bateau qui navige m’a pris pour passager
    au fond d’une grotte
    et mes aventures sont microscopiques
    le suspense et la mélodie des violons et des hautbois
    je vois dans l’aura des débris et des beefsteacks hallucinés
    le sort de Simbad
    qui au fond d’une perle
    au fond d’une grotte
    rumine

  29. bissecta dit :

    https://soundcloud.com/bissecta/medium-middle-media

    Erase the ego …
    Galvanize these falls and these letting go .
    Pray farewell, this perfect cult of The Agon, paradoxical gift of self.
    The arena, the gear, a grenade into the head.
    Some glitches for each facet.
    In a suit of others.
    Really leave.
    And in order to not be oneself.
    To be free to not be with you.
    Invent some homeworks like many imaginary friends.
    Then deny his dreams on the edge of some lips.
    After all, love and death, it’s so overrated.
    Wedding or jail that is the scansion.
    So wild gynoid That welds a few bubbles of passion on the rainbow blast of rebel ancestors, in smack wise clouds, echoing solitude of this passage that continues to pass.
    At median mass immolated.
    The water rat eats the golden chick in his amber egg .
    Electricity is the last warrior.

  30. estelle dit :

    aptitude à dix
    cerner
    vision souveraine

    revers du frimeur
    les plis de l’or
    dinateur blanc

    en esclave ou en jouet
    enjoué gravé

    sur le pavé
    obligé de bien faire
    au souffle long

    cinéma qui détaille
    dans la bataille
    Iris au laser
    au toucher des rubans

    au lieu de ça,
    nous avons des alarmes
    des alarmes de silence
    silence d’oracle (visage de sable)
    ça se voit sur sa gueule

    quand il est à la lumière

    fuite ouverte par le monde futile
    dans l’espace irradiant
    fumant
    glacial
    vide d’air et de passions incultes, instruites,
    communes
    et alors?
    nocturne
    est la sonde
    qui
    parcourt
    l’infini

    she, cet outil cosmique
    impossible à tenir
    à l’ombre du ciel
    en arc en verre
    c’est le démon qui sature
    et qui nous brûle

    tous les 26 000 ans.

  31. f4 dit :

    yeah yeah !

    WE GOT IT ! WE GOT IT ! WE GOT IT ! WE GOT IT ! WE GOT IT ! WE GOT IT ! WE GOT IT ! WE GOT IT ! WE GOT IT ! WE GOT IT ! WE GOT IT ! WE GOT IT ! WE GOT IT ! WE GOT IT ! WE GOT IT ! WE GOT IT ! WE GOT IT ! WE GOT IT ! WE GOT IT ! WE GOT IT ! WE GOT IT ! WE GOT IT ! WE GOT IT ! WE GOT IT ! WE GOT IT ! WE GOT IT ! WE GOT IT ! WE GOT IT ! WE GOT IT ! WE GOT IT ! WE GOT IT ! WE GOT IT ! WE GOT IT ! WE GOT IT ! WE GOT IT ! WE GOT IT ! WE GOT IT ! WE GOT IT ! WE GOT IT ! WE GOT IT ! WE GOT IT ! WE GOT IT ! WE GOT IT ! WE GOT IT ! WE GOT IT ! WE GOT IT ! WE GOT IT ! WE GOT IT ! WE GOT IT ! WE GOT IT ! WE GOT IT ! WE GOT IT ! WE GOT IT ! WE GOT IT ! WE GOT IT ! WE GOT IT ! WE GOT IT ! WE GOT IT ! WE GOT IT ! WE GOT IT ! WE GOT IT ! WE GOT IT ! WE GOT IT ! WE GOT IT ! WE GOT IT ! WE GOT IT ! WE GOT IT ! WE GOT IT ! WE GOT IT ! WE GOT IT ! WE GOT IT ! WE GOT IT ! WE GOT IT ! WE GOT IT ! WE GOT IT ! WE GOT IT ! WE GOT IT ! WE GOT IT ! WE GOT IT ! WE GOT IT ! WE GOT IT ! WE GOT IT ! WE GOT IT ! WE GOT IT ! WE GOT IT ! WE GOT IT ! WE GOT IT ! WE GOT IT ! WE GOT IT ! WE GOT IT ! WE GOT IT ! WE GOT IT ! WE GOT IT ! WE GOT IT ! WE GOT IT ! WE GOT IT ! WE GOT IT ! WE GOT IT ! WE GOT IT ! WE GOT IT ! WE GOT IT ! WE GOT IT ! WE GOT IT ! WE GOT IT ! WE GOT IT ! WE GOT IT ! WE GOT IT ! WE GOT IT ! WE GOT IT ! WE GOT IT ! WE GOT IT ! WE GOT IT ! WE GOT IT ! WE GOT IT ! WE GOT IT ! WE GOT IT ! WE GOT IT ! WE GOT IT ! WE GOT IT ! WE GOT IT ! WE GOT IT ! WE GOT IT ! WE GOT IT ! WE GOT IT ! WE GOT IT ! WE GOT IT ! WE GOT IT ! WE GOT IT ! WE GOT IT ! WE GOT IT ! WE GOT IT ! WE GOT IT ! WE GOT IT ! WE GOT IT ! WE GOT IT ! WE GOT IT ! v

  32. pop dit :

    La magie de la musique produite, c’est de transmettre les droits d’auteur aux danseurs. on s’y croit, plus jouissif que de le chanter en vrai devant une salle pleine.

  33. Manuel Montero (mais je sais pas qui est capable de chanter ça) dit :

    Tout ce que je pense, tourné vers le fulgurant passé

    tout ce que je pense ce de vider une bouteille de jus

    qui je suis et qui je fus. Elle m’a répondu.

    Elle est la Mort, elle descend un escalier gravement,

    avec la pompe d’une dame royale, avec charme.

    Viens au jardin ma belle, je t’ai tant attendu.

    Les pensées du passé furent tes seins, ta vulve

    la folie du couple, la folie d’un tel écrivain que tu lisais.

    Me voici à toi consacré, je note tout, j’enregistre à tes pieds.

    Du flamenco et de la magie juive, de la musique cadence et tulles.

    Combien d’ancêtres et des esprits de la brousse, anciens,

    tu n’avais pour baiser tes chaussures la main à fleur du haut talon.

    La Mort amoureuse

    au Bordel

    aux fulgurances du Musée

    La Mort amoureuse

    ne pense à ce qui vient après.

  34. Manuel Montero (mais je sais pas qui est capable de chanter ça) dit :

    Il faut une guitare qui sache jouer comme Rip

  35. Manuel Montero (mais je sais pas qui est capable de chanter ça) dit :

    Les chiens de l’autre monde

    pas chercher de bagarre, et de l’alcool pour tous

    toi, garçon qui tiennes la barque, si j’étais femme

    laisse tomber fume un dernier cigare je te quitte elle m’appelle

  36. Manuel Montero (prière d'insérer) dit :

    des hauts et des bas
    je suis en sevrage de codeine et je fume

  37. manuel montero dit :

    I’ve become a sort of bum, a clochard
    but I’ve seen the true China in suburbs
    I’ve seen young chinese pimps beautiful like me

  38. manuel montero dit :

    it doesn’t take more time than me
    to change the world, my dear girl
    let me be temptation to Eve as this was the snake
    as the snake let me be tempting matter
    let me make the world shine to the moon
    the rabbit says stupid things

  39. manuel montero dit :

    old lungs with a dark whisper have wisdom
    old lungs live in ether
    like the number
    like the number of times
    times in midnight bars
    times you got it

  40. progra dit :

    * un vêtement se porte neuf, il se déchire, et puis vingt après, quelqu’un le porte à nouveau : déchiré. Comment juger ces choses-là? Idem pour la musique: les programmateurs le savent bien, eux qui collectionnent les disques et connaissent tous les musiciens, ils n’émettent plus aucun jugement sur personne ni sur les mouvances musicales, qu’elles soient vulgaires, d’avant gardes, pop ou savantes: ils savent que des décennies plus tard, l’ensemble sera revisité et perçu autrement.

  41. blm - le neo feminsme techno dit :

    à propos du néo féminisme dans la musique :

    En ce moment, dans les scènes musicales (que je connais bien), des femmes organisent des soirées en éliminant les hommes du line up (pour lutter contre le patriarcat…). Il faut être soit femme, soit gay, soit queer.
    Donc en militant contre une prétendue main mise masculine sur la musique électronique (absolument fausse et hors de propos), elles agissent en inventant tout bonnement une véritable main mise contre un sexe, un genre, une partie de la population, qui n’existait pas auparavant, mais aussi, contre la musique, puisque le critère n’est plus de faire de la bonne ou de la mauvaise musique, mais de correspondre à l’intitulé graphique et folklorique du moment, ce qui est une double entorse.

    A cet endroit, donner des arguments scientifiques ne fait qu’alourdir le débat. Il suffit de prôner une bonne musique pour toutes et tous, et surtout un continuel effort paritaire pour que les gens choisissent ce qu’ils veulent composer et jouer, écouter et danser (puisque c’est bien de choix qu’il s’agit) et la société évolue.
    C’est à dire, et c’est là où je veux en venir, quoi qu’il arrive, nous sommes dans un mouvement, une évolution. Cette évolution est lente ou rapide, mais elle transgresse les deux positions, tant la science que le néo féminisme, qui sans cesse s’affrontent mais ne construisent pas.

  42. auddie dit :

    auddie
    04/11/2011 à 07:43

    – re post – 8 an 1/2 plus tard

    *
    *
    MUSIQUE
    *
    *
    musique, si c’est toi que je coupe
    en l’état, comme ça, au milieu de nos pas
    est-ce parce-que je m’essouffle
    et voudrai te faire taire
    au milieu du chemin?

    au faîte du matin?

    J’ai crié toute la nuit,
    j’ai craché ma misère
    j’ai changé mon destin
    pris ces grands airs beaux fats, et combien d’autres routes?
    Et si j’avais dû vivre
    un plus vilain dessein?

    J’aurai combien de feuilles
    mortes sur mon siège
    devant un parterre de fantômes

    tape des mains
    dans le silence,
    sans ardeur
    et sans fièvre
    que serait-il d’autre
    cet enfant qui s’éteint

    Une autre chose sans doute.

    Moi, je n’ai pas demain
    remis les choses en route
    pour arrêter d’écrire
    ou penser à défaire
    une lourde armure qui coûte
    des secondes, des années
    Les choses simples,
    mais combien sont-elles?
    je ne les ai pas compté.
    Elles sont là pour toujours
    je n’ai qu’à continuer.

    Musiques, musique, oh, je te tiens sans doute
    Je te mens, je vous perd, si je vous tenais toutes
    Que m’a tu donné, juste ta façon de faire?

    Oh je crois qu’on s’endort
    sur un paquet de fêtes

    et quand on redécolle
    dans une parenthèse
    c’est nos mots durs
    demain
    c’est un feu qu’on attise
    la passion et la tise
    m’ont tout emprisonné
    à l’air libre mes actes

    je te vois, dissoute
    musique,
    sans doute on apprécie, le jour
    que ma voix s’est défaite
    vieillie par tant de cris
    accablée de chimie
    d’inconscience et d’ascèse
    et combien d’heures du mal
    au compteur de ma chaise?
    Peut-on parler d’éveil?

    j’ai trouvé qu’on est sans
    hivers à corps perdus
    quand la grande et -mystère-
    lune du pendu
    s’invite à mon retour.

    je suis passé par là,
    je t’ai pris dans mes bras,
    musique
    porté jusqu’à la casse
    que je suis entêté


    04/11/2011 à 11:15 (Modifier)

    fleur sèche du livre
    que la pluie a mouillée
    l’éveil du hasard noir
    le rire d’hiver
    dormir sans dormir
    écouter
    au fond du manoir
    le soupir de la salamandre
    le bruit de pneu
    hier tu faisais pas, Cassandre,
    plus de prière au coeur.

  43. Iggy pop dit :

    You look so good to me
    Here in this old saloon
    Way back in West Berlin
    A bottle of white wine
    White wine and you
    A table made of wood
    And how I wish you would
    Fall in love with me
    You look so good to me
    Standing out in the street
    With your cheap fur on
    Or maybe your plastic raincoat
    And your plastic shoes
    They look good too
    Standing in the snow
    You’re younger than you look
    Fall in love with me
    Fall in love with me
    How I wish you would
    A table made of wood
    And a, a bottle of white wine
    And you, and a bottle of white wine and you
    And when you’re standing
    In the street and it’s cold
    And it snows on you
    And you look younger than you really are

    I wish you would
    Fall in love with me
    I wish you would
    Fall in love with me
    I wish you would
    Fall in love with me
    I wish you would
    Fall in love with me yeah, yeah

    The way your eyes are black
    The way your hair is black
    The way your heart is young
    There’s just a few like you
    Just the kind I need
    To fall in love with me
    Oh and you look so good
    Oh yes you look so good

    A bottle of white wine
    A cigarette and you
    Here in this saloon
    White wine and you
    I wish you’d fall in love with me
    I wish you’d fall in love with me
    ‘Cause there’s just a few like you
    So young and real
    There’s just a few like you
    So young and real
    Fall in love with me [x4]
    I wish you would
    You look so good
    Oh when you’re young at heart
    There’s just a few like you
    You’re young at heart
    Won’t you
    Come to this old saloon
    Come to my waiting arms
    A table made of wood
    And I will look at you
    ‘Cause you’re so young and pure
    And you’re young at heart
    You’re young at heart
    A bottle of white wine

    And when you’re tumbling down
    You just look better
    When you’re tumbling down
    You just look finer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Captcha Captcha Reload

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>